La Californie d’aujourd’hui ne manque pas de performances. Pour faire évoluer les performances comme nous l’avons fait ces quatre ou cinq dernières années, le turbo est une solution. » La grande question, cependant, est de savoir comment la turbocompression affectera le son du moteur qui est si vital pour une Ferrari. Felisa a simplement répondu : « Wait and see. » Et qu’en est-il des hybrides ? « Vous n’avez pas besoin d’un moteur électrique pour compenser le turbo lag. Vous pouvez le faire d’une autre manière. » Mais alors que la gamme Ferrari V8 abandonnera les unités à aspiration naturelle, les V12 sont une autre histoire. Felisa l’a dit clairement en déclarant que « Nous garderons le V12 à aspiration naturelle. » Alors voilà. Le retour des Ferrari V8 turbocompressés commencera avec la prochaine California, prévue pour l’année prochaine, très probablement à Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.