« Mitsubishi doit essentiellement réorganiser la moitié de la gamme pour que nous soyons compétitifs, et je ne vois pas cela se produire », a déclaré le PDG d’un groupe de concessionnaires. « Pas dans un avenir proche du moins. » Avant la débâcle de Ghosn, on espérait que les futures Mitsubishi bénéficieraient des plates-formes Nissan, mais jusqu’à présent, seul le nouvel Outlander basé sur Nissan Rogue est arrivé. Rien d’autre de nouveau à l’horizon.

En Europe, les futures Mitsubishi auront accès aux plates-formes de Renault, mais la marque française n’est pas vendue en Amérique du Nord, donc rien n’est homologué pour les États-Unis. « Vous ne pouvez pas survivre avec un nouveau véhicule tous les 10 ans », a déclaré un autre dirigeant d’un groupe de concessionnaires. « Ce n’est pas durable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.