L’accord porte sur des moteurs et des transmissions économes en carburant, mais que ce soit ce partenariat ou un autre, les signes sont bons que l’Alpine atteindra la production. Le concept a fait revivre une ancienne plaque signalétique de la marque française, inexorablement liée aux voitures de sport et à la course. Depuis lors, nous sommes restés optimistes que Renault le construirait, même si le châssis de course sur lequel le concept était basé ne serait pas tenable pour la production. Malheureusement, puisque Renault ne commercialise pas en Amérique, les chances sont minces que l’Alpine réussisse ici. À moins que sa société partenaire n’apporte sa version. Mercedes, nous te regardons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.